26 millions d'euros pour la gestion de l'eau dans les îles du Ponant

L'agence de l'eau Loire-Bretagne et les îles du Ponant ont signé un accord de programmation sur trois ans pour améliorer la gestion de l'eau dans les îles. L'agence majorera de 40 % ses coûts plafonds en vue de tenir compte des spécificités insulaires.

 

26 millions d'euros seront dépensés jusqu'en 2018 pour améliorer la gestion de la ressource en eau sur 13 îles du littoral de la Manche et de l'Océan Atlantique : de Bréhat à l'île d'Yeu. C'est ce qui résulte de l'accord de programmation signé vendredi entre l'agence de l'eau Loire-Bretagne et l'association des îles du Ponant qui regroupe les collectivités des 15 îles du Ponant (ndlr : Chausey et l'île d'Aix ne figurent pas dans le partenariat car elles n'appartiennent pas au territoire Loire-Bretagne). La participation de l'agence pourra atteindre 11 millions d'euros. « L'association a réalisé un diagnostic et une discussion a été engagée avec l'agence pour construire un programme d'actions adapté pour chaque île. Plutôt que de financer des demandes dispersées, ce document permet de structurer l'investissement pour trois ans », précise Olivier Brunner, chef de service collectivités et industries à la délégation Armorique de l'agence. 

En effet, ces petites îles recouvrent des réalités parfois différentes. Pour l'approvisionnement en eau potable, certaines sont reliées au continent comme Bréhat, d'autres peuvent utiliser des forages, Belle-Île a créé des retenues pour stocker l'eau  et enfin à Molène, des cuves ont été installées pour récupérer l'eau de pluie. « L'assainissement est aussi plus compliqué que sur le continent. Ces îles ont vécu longtemps en autarcie. Elles doivent aussi faire face à des pointes estivales qui nécessitent des investissements financiers surdimensionnés pour les collectivités », ajoute Olivier Brunner. Par ailleurs, les coûts de travaux sont souvent supérieurs sur ces îles.

C'est pourquoi, l'agence a choisi dans le cadre de cet accord de majorer ses coûts plafonds de 40 % pour tenir compte des spécificités de ces territoires. Une majorité de l'enveloppe sera consacrée à l'assainissement (20 millions d'euros)  et l'eau potable (3 millions d'euros) mais un volet de 1,1 million d'euros est aussi prévu pour la gestion quantitative de la ressource. Des actions sont aussi planifiées autour des eaux portuaires (réalisation d'aires de carénage, équipements de collecte des eaux grises et noires des bateaux, etc.). L'association des îles du Ponant sera en charge de l'accompagnement de l'action. PRB

Source : Environnement Magazine

 

Le 20 septembre 2016

Commentaires (0 commentaire)


Soumettre un commentaire
Nom : *
E-mail : *
L'avatar Gravatar est basé sur cet e-mail.
Site internet :
Commentaire : *
 

< Revenir aux actualités